L’acoustique d’un concert d’opéra

Pour la bonne réalisation d’un concert, la sonorisation demeure un élément primordial. Le son est ici, l’unique support de l’information puisqu’il contribue à la pertinence d’une manifestation. Dans un concert d’opéra pourtant, cela se passe différemment car pour apprécier de la bonne musique dite classique, il convient de conserver le son naturel des instruments en se focalisant sur l’acoustique et la synchronisation des partitions à jouer.

L’acoustique, un élément essentiel d’un concert d’opéra

L’appréciation d’un bon concert doit obligatoirement passer par le choix de la salle auquel il donnera lieu.opéra
A cet effet, le meilleur orchestre symphonique donnera des différents résultats s’il est joué dans une grande salle de sport, en plein air ou dans une salle de concert. L’acoustique étant variée en fonction du lieu.
C’est à partir de l’acoustique que le public pourra apprécier ou non le genre de musique que l’on y joue. Difficile donc de déterminer l’acoustique idéale dans un concert d’opéra, puisque chaque individu possède ses propres appréciations musicales.

Un soutien doux à l’oreille

Si la plupart des concerts des temps modernes ont recours à la sonorisation pour une plus grande amplification sonore, il semblerait que la musique classique échappe encore à la règle.
Elle en tire même une sorte de fierté aristocratique puisqu’elle a réussi à conserver le son naturel des instruments au cours des spectacles.
Le chant cristallin d’une flûte, l’alchimie subtile d’un quator à cordes, l’ampleur dionysiaque d’un orchestre symphonique,…le tout organisé dans un enchaînement sonore parfaitement synchrone. Autant dire que dans un concert d’opéra, digne de ce nom, les micros et autres enceintes imposantes sont quasiment inutiles puisqu’ils ne font que gâcher la beauté naturelle du son produite par ces professionnels de la musique classique.